Comment une étudiante en ingénierie et une étudiante en communications de l’Université d’Ottawa ont été en mesure de combiner leurs compétences pour créer une entreprise à vocation sociale qui profite à la jeunesse locale et aux collectivités à l’étranger.

Par Jocelyn Courneya

Le projet Give Us a Hand a débuté en juin 2016 lorsque Kristina Djukic et moi travaillions sur nos stages au carrefour de l’entrepreneuriat de l’Université d’Ottawa. En tant qu’étudiante en communications, je travaillais à l’établissement d’une agence de création dirigée par des étudiants, la Digital Storytellers Guild. Kristina, une étudiante de quatrième année en génie mécanique, poursuivait son travail auprès de Young Makers, un groupe qui offre des ateliers d’impression tridimensionnelle à la jeunesse locale à Ottawa. Bien que nos compétences soient grandement différentes, nous partageons toutes les deux un intérêt pour l’innovation sociale et le développement des collectivités.

Donc, comment en sommes-nous arrivées à l’impression tridimensionnelle de mains prothétiques? D’abord inspirée par un concours d’impression tridimensionnelle de mains organisé par l’Université d’Ottawa, Kristina a décidé d’examiner de plus près les obstacles sociaux touchant la prothétique. Au cours de ses recherches, Kristina a rapidement appris à connaître la réalité coûteuse des mains prothétiques traditionnelles, surtout pour les familles dont les enfants grandissent. Munies de ces renseignements, nous estimions qu’il était nécessaire de poser une action sociale et d’offrir une solution de rechange abordable aux amputés dans le besoin. Ainsi, en combinant mes connaissances des relations publiques et de la sensibilisation communautaire et l’expertise de l’impression tridimensionnelle de Kristina et son expérience antérieure auprès des jeunes, nous avons lancé le projet Give Us a Hand.

Le projet Give Us a Hand compte deux objectifs en matière d’innovation sociale :

  • enseigner aux jeunes des secteurs « défavorisés » d’Ottawa des compétences avancées en impression tridimensionnelle par le biais d’ateliers tout en leur enseignant des compétences d’innovation, en renforçant leur confiance et en encourageant l’importance de redonner à la collectivité;
  • distribuer les mains imprimées en 3D fabriquées lors de ces ateliers aux amputés qui ont besoin de prothèses, autant à Ottawa que dans les collectivités à l’étranger.

Dans l’ensemble, notre initiative vise à aider les collectivités à l’étranger et au pays en utilisant des modèles vérifiés de mains prothétiques fournis par Enabling the Future et en expédiant les mains à l’étranger par l’intermédiaire d’une autre cause, le Prosthetic Kids Hand Challenge. Nos premiers ateliers d’impression de mains commenceront cet automne au centre pour les jeunes The Door au centre-ville d’Ottawa.

Pour Kristina et moi, ce projet nous donne la chance d’explorer davantage et d’appliquer nos compétences individuelles par le biais de l’innovation sociale. En tant que jeunes femmes dont les champs d’études et d’intérêts sont très différents, ce projet nous a également aidées à découvrir l’importance de travailler en dehors de sa zone de confort.

Notre avenir, ainsi que l’avenir de ce projet, comprend la collecte de fonds pour imprimer plusieurs mains au cours des prochains mois et acheter une nouvelle imprimante 3D qui nous permettra d’imprimer une plus grande variété de mains de façon plus efficace. Nous avons également fait équipe avec Graham Spero, un étudiant en relations publiques amputé depuis la naissance qui offre une perspective inspirante dans sa vidéo New Ability. Aussi, nous avons fait équipe avec Go Give-Back, une jeune entreprise d’Ottawa qui offre un « organisme de bienfaisance portable » par le biais d’une plateforme mobile de collecte de dons.

Si vous désirez en savoir plus sur notre projet et nous donner un coup de main pour fabriquer des mains, visitez notre page de collecte de dons.

Write a comment:

*

Your email address will not be published.

© Media Literacy Week 2014
Semaine éducation médias 2014